Cycle aux #RDV4C

Un temps joyeux pour bidouiller ensemble avec du son, du numérique, des images, des mots et tout ce qui vous fait envie, à partir d’un thème choisi.

thème voté pour le cycle : "passage secret"
Choix du thème : le fameux ouvre bouteille des ACL entre en scène
Scéance de Pilates-brainstorming

Les Rendez-vous 4C : Créativité – Collaboration – Connaissances – Citoyenneté. Les rendez-vous coopératifs aux Champs Libres, où les participants se retrouvent autour d’un intérêt commun, décident ensemble de ce qu’ils font et de la façon de le faire.

Les RDV4C sont ouverts à tous, gratuits et sans inscriptions. Les curieux sont les bienvenus et les participants sont libres de venir quand ils le souhaitent.

Mercredis 14,  21,  28 novembre et mercredis 5 , 12 décembre

Restitution publique le mercredi 19 décembre !

19h, salle Magenta, accès boulevard Magenta, Rennes.

///  Entrée Libre ///

Accès

Contact : 02 23 40 66 00, 4c@leschampslibres.fr, https://lesrdv4c.tumblr.com/

Cambridge subtitle

ou
Si « Scarface » m’était personnellement conté

 

Confortablement attablé.e.s à la brocante Alaska, nous nous étions livré.e.s au rituel mensuel de choix du thème, qui aurait pu être « Hit machine », mais non, au final c’est « sous-titre » qui remporta la mise.

Vote sous-titre

« C’est bieeeeeenn, ça ! »

Ce qui se cache sous un titre est-il de même nature que ce qui se cache sous le langage ? Les petits coups de canifs que l’on porte parfois, pour un oui ou pour un non, les faux semblants, etc.

Si l’on soulève le coin d’un titre, trouve-t-on de la poussière ? Un sur-titre est-il confortable et molletonné, avec un chat qui ronronne dessus ?

Selon la définition, le sous-titre est « un titre secondaire (d’un ouvrage, d’un journal, d’une revue, d’un article de presse, d’un texte), placé après le titre principal, souvent en dessous et servant à préciser le sujet. »

En littérature, comme dans la hiérarchie parfois, le titre a plus d’importance, plus de c(l)asse ! Mais son sous-titre enrichit, livre des clefs de compréhension.

Sous-titre évoquerait plutôt le cinéma. Muet, ses scènes étaient explicitées par des intertitres, puis peu à peu, par des sous-titres plus petits et mieux répartis.

Le cinéma parlant, lui, utilise les sous-titres comme une traduction, qui appauvrit souvent le sens original, ne restitue pas toujours bien l’expérience.

« Oh oui, oh oui ! »

Peut-on sous-titrer des sensations ? Pour un.e malentendant.e ou un sourd.e, le sous-titre devient-il sur-titre ?

En cherchant sur Internet des infos relatives au sous-titrage pour malentendant.e.s., j’étais tombée sur un article où un traducteur expliquait comment il avait eu à sous-titrer un film porno pour public sourd.e.

Cela avait fait naître des tas d’interrogations sur la sexualité des malentendant.e.s versus celle des entendants.e.s, au sujet de l’érotisation des sons ou des paroles.

Et pour les entendant.e.s, cette érotisation lors du rapport sexuel est tellement genrée et standardisée … [« oh oui, oh oui ! », etc.] Existe-t-il autant de films ou l’homme soit filmé hurlant, lors de l’extase finale, que pour les femmes ? A part pour des publics homos ?

(src : L’Encyclopédie de la parole)

 

Au commencement était le script ?

A quand cela pouvait-il bien remonter ? Avant la captation audiovisuelle, il y avait la captation sonore, et encore avant, il y avait la littérature, et avant le littérature, il y avait la figuration, des vases grecs aux fresques de Pompeï, tout ça, toujours enregistré, filmé, écrit, modelé, peint par … des hommes.

Pour s’en affranchir, il faudra sans doute quelques générations. Mais avec Youporn, XTube, Pornhub et tout le bastringue, la bataille s’avère inégale.

Lost in translation
I love you
(Godard)

Doit on tout sous-titrer, même ce qui est inaudible ?

Ceux qui lisent sur les lèvres détiennent normalement le secret de « Soleil vert », dévoilé dans une scène bien avant le dénouement final.

 

Au cinéma, dans la littérature comme dans la vie, la traduction d’un texte dans une autre langue est tout sauf anodine ! Avec les algorithmes de Google, traducteur.trice ou sous-titreur.treuse entrent dans la catégorie des métiers en voie de disparition (en plus d’être mal payés).

 

Eh oui, les IA hantent nos vies, hantent nos nuits. Comme dans « The Thing », tapies dans l’ombre, elles nous sautent à la gueule pour aliéner nos facultés !

La dernière fourberie en date et non des moindres, était l’affaire Cambridge Analytica. Où comment des milliers d’internautes s’étaient laissé.e.s séduire par des tests psycho et avaient donné à la maline société l’accès à leur compte Facebook, et par là même, accès aux données de toutes leurs relations. Ainsi, la société avait pu analyser les profils, faire du ciblage et matraquer de contenus les internautes pour influer dans la campagne électorale au profit de Trump.

L’intelligence artificielle est un benshi

D’après wikipédia : « Les benshi (弁士 ou katsudo-benshi 活動弁士) commentaient les films, lisaient les intertitres (pour un public largement analphabète) et énonçaient les dialogues des acteurs durant la diffusion à l’époque du cinéma muet au Japon.

Les textes étaient inventés par les benshi pour l’occasion et se substituaient à l’autonomie narrative du film : le benshi pouvait même raconter une histoire très différente, selon les besoins, à partir d’un même film. Certains d’entre eux étaient très populaires et parfois plus connus que les réalisateurs ou acteurs des films qu’ils commentaient. »

Pour « sous-titre », j’ai imaginé un futur où les internautes se verraient proposer des versions personnalisées de films, composées en fonction des données collectées sur leurs comportements et leurs personnalités supposées. Pour les influencer, ou simplement les contenter, les conforter dans leur « bulle de filtre », pour qu’ils continuent à acheter ou à voter …

Ainsi, dans l’esprit d’exercices de style, j’ai créé quatre versions sous-titrées du film Scarface(*) [les 8 premières minutes seulement !], correspondant à quatre typologies de personnalités.

A vous de trouver lesquelles !  [cliquer ICI pour commencer]

(L’idée était d’utiliser un algorithme créé par Tomylamarave, qui aurait interchangé des adjectifs, compléments d’objet, etc. avec leurs équivalents dans le champ lexical personnalisé. Mais par manque de temps, j’ai eu recours à ma propre intelligence)

Scarface Porn addict

Scarface mystique

 

Les sous-titres en format .srt => scrf01 ; scrf02 ; scrf03 ; scrf04

Toi aussi, créé tes propres Scarface à partir du STFR original ! soustitre_scarface_fr

(*) « En 1932, Howard Hawks décrit le destin tragique d’un gangster balafré, Scarface. Mais l’autorité de censure hollywoodienne, chargée du respect du code Hays, estime que le film glorifie la violence. Le film doit être distribué avec ce sous-titre : « La honte de la nation ». Cinquante ans plus tard, la censure n’existe plus et Brian De Palma peut baptiser son remake Scarface, tout simplement. »

Scarface, the shame of a nation

~~~~~~

Merci de leur aide 🙂 : le tandem quizeur Gaëtan-Arthur, et Ben, le SAV temps-réel.

Des liens :

Logiciels libres : extraction et montage vidéo Avidemux ; sous-titrage  Subtitle composer

Revue L’écran traduit : « Les deux sous-titrages américains du Château de l’araignée »

Affordance Info : « Le babil de babel »

Xavier de La porte (France Inter), « Netflix : quand la série s’adapte aux goûts du client »

François Perea, « Éléments du pathos pornographique », Questions de communication [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2016. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/9245 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.9245  et interview ici.

Ovidie : « Dites, c’est quoi le problème avec le porno féministe? »

Cycle octobre

À partir du mercredi 3 octobre les Ateliers de Création Libre font escale en Alaska !

Thème voté pour ce cycle : " SOUS-TITRE "

Un mois, quatre mercredis pour se rencontrer, choisir un thème et se lancer dans l’expérimentation artistique.

Bûcherons, ingénieures, amateurs de brocantes soyez les bienvenu.e.s !

Rendez vous à 19h au 14 rue Dupont des Loges (Rennes) pour démarrer ensemble le cycle d’octobre (3 octobre au 7 novembre).

Logo Alaska

Un grand à merci à ALASKA de nous accueillir !

 

 

 

 

Parquet gondolé

Vous allez trouver ca tiré par les cheveux mais j’ai pris pour objet ce mois ci une salle polyvalente culturelle et sportive qui vient d’ouvrir à Blois baptisée Le Salle du Jeu de Paume… Je n’ai néanmoins fais aucun parallèle avec l’ancêtre du squatch ou du basket (du moins consciemment).
C’est surtout que je m’intéresse particulièrement aux équipements de cette ville et de son développement car elle est ma ville natale.

Bref, pour vous compter brièvement l’anecdote, j’ai appris récemment qu’ils ont connu des difficultés lors de la livraison de cet équipement, les basketteurs se plaignaient d’effet de faux rebonds sur le parquet.

Le parquet de la salle gondole et il a été difficile pour eux de prévoir cet aléas a à peine un mois de l’inauguration de la salle. D’après l’élu aux équipement, cela proviendrait d’une « hygrométrie trop importante et à une différence de température entre la salle et les locaux de stockage. »

http://www.magcentre.fr/136310-blois-faux-rebonds-sur-le-parquet-de-la-salle-du-jeu-de-paume/

https://www.lanouvellerepublique.fr/actu/pas-question-qu-on-paye-un-centime

J’ai aussi pensé au fait qu’il y la notion d’incertitude dans le faux rebond, on ne sait pas dans quelle direction va partir l’objet. En l’occurrence, c’est bel et bien ce qu’il se passe pour ce fameux parquet de la salle du Jeu de Paume. Ils ont été obligé de mettre un parquet provisoire en attendant de savoir clairement d’où venait le problème.

Donc je ne me suis évidemment pas lancé dans une enquête sur le gondolage de ce fameux parquet blésois dont je n’ai que faire, mais je me suis dis que pour conceptualiser ce type de phénomène il fallait que je m’intéresse à la matière en elle même, à la spécificité du support, il fallait comprendre ses caractéristiques et en extraire une part d’imprévisible.

Mes travaux précédents étant portés sur la diffraction de la lumière par des objets réfléchissants grâce à la projection vidéo, je me suis alors mis a projeté un ballon en vidéo sur un support comme si on faisait rebondir une balle sur le sol.

Du fait que le support soit gondolé, l’image du ballon renvoyée est relativement distordue. Et malheureusement vu la distance, elle n’apparaît pas net. J’ai donc ensuite utilisé un deuxième niveau de diffraction afin de lui redonner sa netteté. Cela faisant, le reflet d’un ballon de basket complètement banal qui mit au travers de plusieurs reflets et rebonds amène une dimension spectrale et surtout vivante, grâce au mouvement de rotation de l’objet. Les orangers du ballon s’échappe au delà de la sphère, ils parcours les blancs et dansent avec eux comme des feux follets.

Dans ces esthétiques, je vous conseille de regarder les tentatives de Jacques Brissot lors des essais du groupe de recherche image et son dirigé par Pierre Schaeffer à l’ORTF dans les années 60 ou encore les fantasmagories de Etienne Gaspard Robertson.

Programme du lancement

Le jeudi 27 septembre 2018, en direct de la plateforme nord, venez assister au lancement de la mission d’exploration des ACL ! (saison itinérante des ACL 2018-2019)

A partir de 19h45, ouverture du site d’essais (kermesse-découverte des projets réalisés lors des ACL) , lancers de fusées, apéro spatial et autres prototypes éphémères avant le

GRAND DEPART de la navette depuis le lanceur Amora à 19h61

ayant pour objectif la mise en orbite de l’équipage sur des astres propices à la création *

A partir de 21h30, lives de Marc de Blanchard et The black Régent à l’intérieur de la station.

Affiche de la soirée du 27/09

(*) carte d’exploration de notre programme spatial en cours :

Brocante Alaska /Les rendez-vous 4C aux Champs Libres /LabFab Edulab Rennes 2

**  Evénement accueilli en exclusivité par la Buvette des Ateliers du Vent ! **

59 RUE ALEXANDRE DUVAL - 35000 RENNES

Accès Bus #9 arrêt Voltaire / Vélostar Voltaire

02 99 27 75 56 - contact@lesateliersduvent.org

FB : Ateliers du Vent - Insta : lesateliersduvent

www.lesateliersduvent.org

 

« Prédipong », l’algorithme diseur de bon rebond

Pour ce mois de juin, pas de thème voté mais le choix de jouer les gatecrasher à la soirée buvette Ping-pong des Ateliers du vent, en fin de mois. Nous y incarnerions d’ « autres surprises », annoncées laconiquement dans le programme déjà édité.

Le Ping-pong, encore un sport auquel je ne trouve ni sens ni intérêt (et vice-versa). En plus, la balle est bien trop légère ! D’ailleurs, comment cette petite chose immaculée et démoniaque est-elle construite ?

De spherae mundi

Une fantastique vidéo permet d’entrevoir un art alors insoupçonné, une technologie de pointe doublée d’une science d’orfèvre, pour obtenir le graal de la balle de ping-pong : la qualité 3 étoiles de compétition !

La petite pastille plate de cellulose, au bout d’une suite de métamorphoses et sous l’œil des experts en qualité, va acquérir sa perfection sphérique. Vers les 10 minutes de la vidéo, les balles subissent une série de tests, glissant sur telle rampe, roulant sur tel plateau, pour départager le bon grain de l’ivraie.

J’ai eu envie de m’attacher à cette sélection, à ce petit défaut qui orienterait vers un destin plus ou moins qualitatif. Pour leur développement psychomoteur, on apprend aux enfants à reconnaître les formes, le rond dans le rond, le triangle dans le triangle. C’est sans doute à l’occasion de tels jeux que l’on détecte les petites choses qui « clochent » chez le bambin qui ne sera pas « comme les autres ».

J’ai d’abord eu l’idée de balles qui auraient des difformités et donc des parcours déviants.

Comme dans un circuit de billes, il aurait pu y avoir des rampes, des tunnels, des trous, dans lesquels les balles passeraient plus ou moins bien.

Prophéties

Des questions de normes, j’ai vite progressé vers l’algorithme de sélection, puisque ceux-ci vont avoir un rôle de plus en plus prépondérant dans nos vies. Prestations sociales, impôts, justice, administration … L’ « aide à la décision » sera algorithmique, ou ne sera pas !

En ces temps de passage de brevet et de bac, c’est de « Parcoursup » que je me suis inspirée pour élaborer un algorithme prédictif en carton.

Celui-ci comporte une série de variables à sélectionner au moyen d’un curseur :

-> genre , mobilité, goût et couleur, habitat, animal, humeur, vie privée, vie numérique. Les choix y sont, par nature, limités et arbitraires.

La balle est introduite dans l’ « input ». Grâce à des mécanismes internes, elle prend une direction dans un sens ou l’autre selon une arborescence qui peut la conduire vers 8 possibilités :
Oui : destin idéal avec une carrière d’avenir
Non : mode échec avec un métier socialement minable
Oui, si (remise à niveau) : vous devez rejouer pour espérer gagner le « oui »
En attente : coincé jusqu’à ce qu’un autre joueur fasse la prédiction
Ni oui ni non : destin insipide
Gagner : vous allez gagner quelque chose …
Perdre : vous allez perdre quelque chose …
Dollar : il faut passer à la caisse !

La balle tombe dans un compartiment (OUTPUT) contenant des petits papiers, il faut en tirer un.

Consulter ici la liste des métiers et destinées :ClasseurACL

 

La fabrication du Prédipong n’a pas été facile ! Il a néanmoins été conçu et usiné en France, aux ateliers de Chavagne-les-bains (35), bénéficiant d’un savoir faire de haute imprécision (*).

Algorithmie foireuse

Prédipong est un algorithme foireux, dans le sens qu’il a été conçu pour être convivial : il fonctionne idéalement avec un.e médiateur.trice humain.e en mode « foire » :

Pendant la soirée de restitution (buvette Ping-pong), j’ai revêtu mon costume d’ingénieure prestidigipongiste en qualité de vie (**) sur lequel j’ai collé des expressions et vocabulaire du ping-pong.

Les participant-e-s ont été nombreux-ses et se sont prêté-e-s au jeu de la sélection des variables (certaines étaient factices !) avec beaucoup d’attention.

Les enfants déjà avides de prédictions ! (crédit photo Marion GLEDEL)

J’ai été amusée de voir la récurrence de certains choix. Le but était de susciter la discussion et le débat, mais ce soir là, le temps était plutôt à la fête !

Au delà du mécanisme, les participant-e-s étaient assez excité-e-s par les résultats et malgré leur loufoquerie, certain-e-s y ont trouvé de troublantes coïncidences…

~~~~~

(*) Un grand merci à Ben pour son aide et son soutien moral
(**) Organigramme de la soirée régi par Agathe

Quelques liens :

into the prédipong
composants cellulosiques rotatifs

La comptine du déni

Création de : Ben

Quelle heure est-il ? Madame Persil.
Midi moins le quart. Madame Placard.
Vous en êtes sûre? Madame Chaussure.
Assurément. Madame Piment.

Le thème de ce mois-ci est donc une comptine pour enfant. Premièrement lorsque je pense à une comptine la première qui me vient à l’esprit est « 3 petits chats ». Mais si vous savez: « 3 petits chats, 3 petits chats, 3 petits chats, chats chats. Chapeau d’paille, chapeau d’paille, chapeau d’paille, paille paille. Paillasson, paillason, paillasson, son son …. « , et ainsi de suite jusqu’à former une boucle et on recommence à 0. Et bin du coup, je me suis mis en tête de poursuivre la comptine de notre thème pour en faire une boucle aussi.

Alors, comment faire? Et bin on va commencer par déconstruire ce que l’on connait pour reconstruire le tout. Dans notre comptine initiale on a :

  • La forme: 2 parties -> 1 vers + 1 Madame quelque-chose (vous noterez à part, jamais de Monsieur). Ainsi qu’une alternation de Questions/Réponses
  • Le rythme: chaque vers fait 4 pieds
  • Les rimes: ici on a 2 formes de rimes. D’abord, les classiques entre le nom de la Madame et le dernier mot du vers. Ensuite les rimes structurelles , souvenez-vous de vos cours de CP/CE1, les rimes « AABB », « ABBA » … . Et bin ici, on peut décemment dire que l’on est sur du « ABBA », avec les « Madame … ». Et pour ceux il faut regarder ce qu’il y a après Madame. Dans le 1er et le dernier cas on a un condiment, dans le 2ème et 3ème on a un objet.
  • Le champ lexical: langage enfantin.

Ok, maintenant que l’on a tout ça voici ce que j’ai réalisé :

Quelle heure est-il ? Madame Persil.
Midi moins le quart. Madame Placard.
Vous en êtes sûre? Madame Chaussure.
Assurément. Madame Piment.
Etes-vous pressée? Madame Prostitué.
Non, pas vraiment trop. Madame Pavot.
Que devez-vous faire? Madame Primevert.
Faire mon sac à dos. Madame Gigolo.
Ou allez-vous comme ça? Madame Caca.
Je vais à la piscine. Madame Cocaïne.
Au faites, et votre ainée? Madame LSD.
Mariée avec un ovni. Ma Dame Pipi.
15 ans, c’est pas un peu tôt?! Madame Abricot.
Bof, la dotte était dodue. Madame Cul.
Attendez, il a payé ?! Madame Périnée.
Non mais, de quoi je me mêle. Madame Mirabelle.
Vous avez vendu votre ainée! Madame Tarée.
Non mais, c’est pas la votre que j’sache! Madame Vache.
Vous êtes une conne, tout pour l’argent! Madame Serpent.
Je vous emmerde et je me casse! Madame Pétasse.
Hey? Madame Zé.
Zut! Madame Yut.
Quelle heure est-il ? Madame Persil.
Midi moins le quart. Madame Placard.
Vous en êtes sûre? Madame Chaussure.
Assurément. Madame Piment.
Etes-vous pressée? Madame Prostitué.
Non, pas vraiment trop. Madame Pavot.
Que devez-vous faire? Madame Primevert.
…..
….

..
.